Destinations tendanceSri Lanka

UN SAFARI AU SRI LANKA : UNE BONNE IDEE ?

Je me suis longtemps posé la question avant de partir.  En effet, le Sri Lanka est souvent mis en avant pour les safaris qu’il peut offrir.  Mais n’’allais-je pas participer à une activité touristique qui ferait plus de mal aux animaux plutôt que de permettre leur préservation ? J’aurai la réponse en allant à Uda Walawe.

 

POURQUOI J’AI CHOISI UDA WALAWE ?

Il y a une multitude de safaris possibles au Sri Lanka. Mais plusieurs raisons m’ont conduit vers Uda Walawe.

  • Le parc le plus populaire du Sri Lanka est celui de Yala. Une queue de jeeps se forment très tôt le matin car c’est le meilleur moment pour observer les animaux. J’ai choisi Uda Walawe pour être plus tranquille.
  • Parce que même s’il était moins touristique, il était possible d’y voir beaucoup de mammifères et en premier lieu des éléphants, mon animal préféré.
  • Pour un esprit pratique, le parc étant bien situé entre les étapes d’Ella et Tangalle.


POURQUOI CA NE M’A PAS PLU ?

            Au final, cette expérience dans le parc d’Uda Walawe m’a plutôt laissé un mauvais souvenir.

  • On a fait en sorte d’être là avant l’entrée du parc qui ouvre à 5h00 du matin il me semble. C’est le moment idéal car il ne fait pas trop chaud et les animaux ne sont pas cachés à l’abri de la chaleur. Sauf que très vite, un bouchon de jeeps s’est formé. Je ne sais pas à quoi ressemble le parc de Yala mais celui d’Uda Walawe est loin d’être confidentiel. A force d’être cité par Lonely Planet peut-être.
  • Des éléphants, j’en ai vu. Mais dans des conditions où je ne me sentais pas à l’aise. Dès qu’on en voyait un, toutes les voitures s’attroupaient autour de cette proie à flash.  Je ne pense pas qu’un éléphant ressorte indemne du bruit des moteurs et de l’attroupement continuel. Je me rappelle encore ce petit éléphanteau encerclé par une dizaine de voitures. J’ai demandé au chauffeur de s’écarter des chemins balisés et tant pis si on voyait moins d’animaux. Je préférais en voir au loin plutôt que de traumatiser les bêtes. Le problème est que nous ne sommes pas seuls dans les jeeps et il faut donc convaincre ceux qui partagent notre voiture. Nous avons eu gain de cause mais je crois que le sort des éléphants ne les dérangeait guère tant que ça leur permettait de les avoir en fond d’écran pour les deux prochains jours.
  • Le parc me semble assez petit pour eux. D’ailleurs, nous avions vu des éléphants la veille tout près des grillages. Ils ont bien compris que les touristes viendraient leur filer à manger. Inutile d’expliquer pourquoi ce n’est pas une bonne chose.

POURQUOI JE NE REGRETTE PAS TOTALEMENT CETTE VIREE A UDA WALAWE ?

  • Tout d’abord parce que lorsqu’on a bifurqué, on s’est retrouvé sur des chemins hors des sentiers battus. Certes, nous avons moins vu d’éléphants mais le paysage et la faune n’en étaient pas moins fabuleux. Et je me souviendrai toujours de cette rencontre avec un pachyderme mâle qui prenait son repas. Moteur coupé, à l’arrêt pendant une vingtaine de minutes, silencieux devant cet animal fascinant. De la contemplation à l’état pur. L’un de mes plus beaux souvenirs de voyage en 2019.
  • Il n’y a pas que les éléphants à Uda Walawe. Et tant pis, si contrairement à Yala, nous n’avions aucune chance de croiser des léopards. D’autres mammifères nous ont tout autant impressionné. A commencer par les buffles sauvages qui barbotaient dans le lac tandis que non loin, un crocodile immobile était prêt à surgir. Mais ce que j’aurais aimé le plus est sans nul doute les oiseaux, ceux qu’on ne regarde pas d’ordinaire. Petits ou grands, connus ou méconnus, ils embellissent le paysage. La vision d’un paon sur un arbre mort encore debout, ça ne s’oublie pas. Et au détour d’un virage, un varan qui se faufile dans les herbes. Ouvrez l’œil, ça vaut le détour.
  • La solidarité sri lankaise s’est invitée au menu du jour. Certains chauffeurs trop intrépides traversent des nids de poule remplis d’eau inondant la jeep à mi-hauteur. Et bien sûr, ils restent coincés avec 6 touristes à leur bord commençant à flipper. Les copains viennent de suite à la rescousse et n’ont visiblement pas peur des bêtes sauvages qui pourraient traîner dans les parages.

 

Informations pratiques sur Uda Walawe: 

Où loger?: Au Silent Bungalow. Chambres rudimentaires mais non loin du parc. Possibilité de réserver une jeep pour un safari d’une demi-journée voire plus. Les petits-déjeuners comme les dîners sont vraiment très bons et gargantuesques.

 

MON AVIS SUR UDA WALAWE

C’était mon premier safari et si j’en faisais un nouveau, je le ferais dans d’autres conditions. Globalement, les chauffeurs sont peu respectueux de la faune et font clairement une chasse aux éléphants. J’ai entendu du bien du parc de Bandula moins fréquenté. Mais si le bruit se répand vite, les conséquences seront les mêmes.

 

D’autres articles vous attendent sur notre périple au Sri Lanka:

⇒ Le Sri Lanka en train, mode d’emploi

=> Kandy

=> Sigiriya et Dambulla

=> Hill Country et Nuwara Eliya

=> Ella

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *