France

LES ILES CHAUSEY, LE PLUS GRAND ARCHIPEL D’EUROPE

Vous avez fait le tour de la baie du Mont-Saint-Michel et il vous reste un ou deux jours à tuer ? Avez-vous donc pensé à une escapade vers les îles Chausey ? De Granville, des bateaux vous emmène vers cet archipel, une possession française qui taquine les îles anglo-normandes. Des îlots qui se découvrent et se voilent au gré des marées et qui ne forment pas moins que le plus grand archipel d’Europe.

DE LA BAIE AUX ÎLOTS

A une heure de la terre ferme, c’est un endroit moins touristique qui vous attend. On s’approche de plusieurs îlots dont le nombre ne semble pas clairement établis. En revanche, un seul endroit pour débarquer : la Grande île. En attendant, la traversée vous propose un panorama sensationnel sur la baie, le Mont-Saint-Michel et les îlots de Chausey. Enfin, pas pour moi car la pluie a décidé de gâcher la fête. Quand on pose les pieds sur la Grande île, on ne touche pas l’immensité. C’est 45 hectares et en réalité 4 îles plutôt qu’une reliées par des bancs de sable appelés « tombolos ».

Si l’archipel de Chausey ne compte jamais le même nombre d’îlots en surface, c’est parce qu’en plus d’être le plus grand archipel d’Europe, on y observe également les plus grandes marées du continent. La mer se retire ici pendant 7 heures et il n’est pas rare d’y voir des bateaux esseulés sur le sable. Les îlots sont mis à nu et le spectacle prend un tout autre décor. C’est aussi l’occasion d’aller à la pêche aux crabes ou aux crevettes (renseignez-vous sur les réglementations toutefois).

Ce qui nous marque aussi, ce sont les rochers de granit disséminés ici et là. Au Moyen Age, l’île de Chausey était propriété de la seigneurie de l’abbaye du Mont-Saint-Michel qui exploitait ce matériau gris pour la construction de la Merveille. On retrouve le granit des îles Chausey dans plusieurs édifices religieux normands mais aussi dans la reconstruction de Saint-Malo après la Seconde guerre mondiale et même sur les trottoirs de Londres.

ISOLEES, LES ILES CHAUSEY ?

 Ici, les habitants ne sont pas nombreux : une quinzaine seulement même si les saisonniers qui viennent y travailler restent sur l’île. Mais l’hiver est bien morne : l’école est fermée, il n’y a plus de curé ni de gardien de phare. Je trouve fascinant ce mode de vie insulaire qui brave nos mentalités urbaines. Toutefois, la Grande île attire de plus en plus d’habitants. L’été est l’occasion de revoir les touristes, principale activité économique même s’il subsiste quelques pêcheurs. Sachez à ce propos que le homard de Chausey est vanté dans toute la Normandie. Quelques restaurants vous attendent et vous vous lécherez les babines devant les bulots que j’aime tremper dans la mayonnaise ou devant les araignées de mer. Quoiqu’il en soit, la carte dépend de la pêche du jour. Sur les îles Chausey, on aime manger frais.

Mais pour manger, cela n’est pas toujours simple. Bien que fruits de mer et poissons abondent, vous ne verrez pas de ferme ou d’agriculteurs ici. On n’attend donc pas que les touristes en bateau mais surtout l’arrivage des produits du continent. Les îles Chausey sont donc loin d’être fermées sur elles-mêmes. Mais les traditions demeurent et la Grande île est sacrée. Aucune nouvelle construction depuis 50 ans car elles sont proscrites. Vous aimeriez acquérir une maison ici ? Impossible également car interdites à la vente, elles se transmettent de génération en génération.

Chausey fait partie de la commune de Granville qui la gère. Pour ceux et celles qui sont accros à la wi fi, vous allez vous arracher les cheveux. Ça ne capte pas très bien car l’île n’est pas rattachée au réseau d’électricité, de téléphone et d’eau du continent. L’eau est d’ailleurs un problème car il n’y a ni ruisseau, ni rivière sur l’île. Il faut donc l’acheminer par bateau. L’isolement est donc impossible. Les ressources doivent être utilisées de manière durable car partagées entre les habitants : pas de douche tous les jours, une vaisselle mesurée …

QUAND VISITER LES ILES CHAUSEY ?

 Se rendre sur les îles Chausey, ce n’est pas l’assurance d’avoir du bon temps. Parfois, la brume l’envahit et elle semble insaisissable aux visiteurs. C’est ce que j’ai connu. D’autres fois, elle est venteuse et pluvieuse, encore plus en hiver, la rendant ainsi aux habitants. Quand elle est de meilleure humeur, elle est totalement dégagée et ensoleillée vous permettant de profiter de belles baignades sur ses toutes petites plages. Tout ça pour en conclure que Chausey ne se visite pas une mais plusieurs fois dans sa vie.

Informations pratiques sur les îles Chausey: 

Comment arriver? On part de Granville quoi qu’il en soit. Au choix entre la Granvillaise, un voilier de pêche traditionnel de la baie du Mont-Saint-Michel, le Marité, un immense voilier ou les vedettes Jolies France, un ferry plus conventionnel (27,50 euros l’aller-retour), celui qui ravitaille l’île.

Où manger? La Table des Iles, le restaurant d’un hôtel a été un petit coup de cœur. Les fruits de mer y sont succulents. Je me suis rué sur les bigorneaux.

MON AVIS SUR LES ILES CHAUSEY

La Grande île de Chausey n’est pas l’île la plus spectaculaire qu’il m’ait été donnée de visiter. Mais elle fait partie de ces rares endroits encore authentique. Petite île, cet archipel est toutefois celui de tous les superlatifs: plus grand archipel et plus grande marée d’Europe. Lui consacrer une demi-journée est une excellente idée pour découvrir un mode de vie insulaire et faire de belles balades en famille et même se baigner quand le temps rend cela possible. Un seul regret: ne pas avoir fait la visite guidée avec Olivier Ribeyrolles, un géographe qui a des connaissances pointues sur l’île et la baie du Mont-Saint-Michel. Partir une heure, une demi-journée ou une journée est une expérience qu’on n’oublie pas.

 

D’autres articles vous attendent sur notre périple en Normandie:

La baie du Mont-Saint-Michel en 2 jours

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *