Les églises oubliées de Florence

Très tôt le matin, les touristes se pressent devant le Duomo ou la cathédrale Santa Maria del Fiore. Pas étonnant tant la coupole de Brunelleschi en impose, visible à plusieurs coins de rue ou dès qu’on prend un peu de hauteur. Mais ce chef d’œuvre de la Renaissance ne doit pas faire oublier que la ville est dotée de nombreux couvents et autres lieux de culte, ce que j’appelle les églises oubliées de Florence. J’écris bien oubliées et non pas cachées car certaines d’entre elles surgissent de façon évidente. Pour vous extraire de la foule et débusquer des trésors préservés du tourisme de masse, voici une liste de cinq de mes églises de Florence préférées.

La basilique Santo Spirito

Les touristes n’ont pas pour habitude de s’aventurer du côté de l’Oltrarno qui cache pourtant deux des plus belles églises de Florence. En avant donc pour une visite à la basilique Santo Spirito qui de premier abord avec sa façade assez classique ne nous lance pas une franche invitation à la rejoindre. Mais c’est souvent derrière ces façades que les joyaux apparaissent. Sachez d’abord que cette église Renaissance a pour maître d’oeuvre Brunelleschi, le même que celui du Duomo, et sa construction s’étendit de 1444 à 1487. A l’intérieur, de superbes chapelles commanditées par des grands noms de la ville valent vraiment le détour. Vous pouvez coupler cette visite avec la chapelle Brancacci à deux pas, assez peu visitée elle aussi. Pour info, l’église est ouverte de 8h30 à 13h00 sauf le mercredi et le dimanche.

La basilique San Lorenzo

A deux pas du Duomo et alors que de nombreux touristes passent devant lors de leurs visites guidées, bien peu y entrent. Pourtant, là aussi, vous serez saisi par l’intérieur. La façade peut rebuter car elle est sans décoration et laisse la brique nue comme beaucoup d’églises à Florence d’ailleurs. C’est assez simple à comprendre pourquoi: on ne s’est jamais vraiment mis d’accord sur la décoration à adopter. Encore une fois, elle est l’œuvre de Brunelleschi qui commença le travail en 1420, soit avant la basilique de Santo Spirito mais cette fois-ci, ce n’est pas lui qui l’acheva. A côté du Palazzo Médicis avant que ceux-ci ne déménagent au Palazzo Vecchio quand ils deviennent ducs, elle leur servit de paroisse. En plus de magnifiques chapelles, vous tournerez autour du travail virtuose des deux chaires de Donatello aux admirables panneaux en bronze. N’oubliez pas non plus d’entrer dans la sacristie où Pierre le Goutteux est enterré dans un monument funéraire signé Verrochio, maître de Léonard de Vinci. Détendez-vous enfin dans le cloître pour échapper à la torpeur de la ville.

A savoir que cette église est la seule payante de la liste. Elle est ouverte 9h30 à 17h30 à l’exception du dimanche.

La basilique San Lorenzo

La basilique di Santo Miniato al Monte

Je vous préviens tout de suite. Pour accéder à celle-ci, il va falloir grimper. Mais la récompense sera largement au rendez-vous. La basilique Santo Miniato al Monte termine ce qu’on appelle la Passegiata ai Colli (Promenade des Collines). Cette fois, ce n’est pas une église de la Renaissance mais l’une des plus anciennes, bâtie au XIe siècle pour Saint Minias. En plus d’une façade de marbre merveilleuse, de magnifiques dalles de marbre en guise de sol et d’une chaire incrustée de marbre blanc, vert et rose, elle offre une des vues les plus saisissantes sur la ville. D’ailleurs, je vous conseille de descendre sur la Piazza Michelangelo juste en contrebas pour prendre de magnifiques clichés au coucher du soleil. Un panorama saisissant!

La basilique Santo Miniato al Monte

La basilique Santa Trinità

Si on est admiratif devant les églises de Florence, c’est bien souvent pour ses fresques. Telles des planches de BD sans philactères, elles sont souvent exécutées par des artistes de génie mais permettent aussi aux puissants qui les commandent d’assurer leur postérité et au passage de faire un peu de propagande. La basilica di Santa Trinità est de celles-là. Ici, les fresques de la Capella Sassetti peignent la vie de Saint François d’Assise et de la Vierge. A consommer du regard sans modération d’autant qu’elles sont été exécutées par Ghirlandaio. Les scènes religieuses ne seraient pas si intéressantes si elles n’avaient pas été placées dans le contexte de la république de Florence. Vous reconnaîtrez des portraits des contemporains, à savoir ceux des commanditaires que sont Francesco Sassetti et son épouse, de Laurent le Magnifique, de ses enfants et de leur précepteur. Mais regardez bien aussi la perspective qui vous emmène tout droit vers le Palazzo Vechhio, la Loggia de la Signoria et … la basilique Santa Trinità. Vous pourrez même placer 50 centimes pour illuminer les fresques mais ce n’est en réalité pas vraiment nécessaire. Ouverte tous les jours de 7h00 à 12h00 et de 16h00 à 19h00.

Le Cenacolo di Sant’Appolonia

Cette église est peut-être la plus méconnue de toutes celles que je vous ai présentées. Il s’agissait d’un réfectoire de nonnes bénédictines. Et qui dit répertoire dit souvent une fresque de la Cène. C’est ce que vous viendrez voir ici et c’est gratuit comme presque toutes les églises de Florence. La grande Cène d’Andrea del Castagno est une oeuvre qui maîtrise la perspective avec beaucoup d’habileté. Vous pourrez voir aussi des dessins du maître sur des oeuvres aujourd’hui disparues ou non exécutées. Ouverte tous les jours de 8h30 à 15h30.

Le Cenacolo di Sant’Appolonia

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial

Pour suivre mes voyages au jour le jour avec mes réseaux sociaux

Facebook
Facebook
INSTAGRAM