France

LE MONT AIGOUAL, TOIT DES CÉVENNES

Le Languedoc-Roussillon compte plusieurs balades parmi les plus belles de France. Et certains sommets valent vraiment le coup de souffrir. Après l’ascension et la descente du Pic Canigou, le Mont Aigoual nous a paru moins rude. Mais rude tout de même.

 

LE SENTIER DES 4 000 MARCHES

 

Le nom du sentier vous donne le ton de la randonnée du jour. Si vous ne voulez pas braver la montagne, préférez l’arrivée en voiture. Quelques indications avant de partir :

  • Le départ se fait à Valleraugue, un joli petit village où on sera content de prendre un verre en redescendant.
  • 3h30 à 4h00, c’est le temps qu’il faut compter pour un marcheur normal. Certains osent le faire en courant.
  • 1 200 mètres de dénivelé. C’est beaucoup.
  • Beaucoup de marcheurs décident de faire la montée et de prendre une navette pour la descente. Celle-ci n’est en effet pas beaucoup plus simple.
  • Le plus beau moment au sommet reste le lever du soleil.
  • Se renseigner sur les conditions météorologiques. Hors de question d’entreprendre la randonnée lors d’un épisode cévenol. Certains moments peuvent même s’avérer mortels : précipitations abondantes, vents violents, masse de neige givrées. Il est donc très déconseillé de s’y aventurer l’hiver.

POURQUOI ENTREPRENDRE LA MONTÉE DU MONT AIGOUAL ?

C’est déjà la satisfaction d’avoir accompli quelque chose de difficile. Toutefois, ne vous dites pas que vous serez seuls au sommet, les touristes venant en nombre par la route. Le sentier est tout sauf ennuyeux. Vous vous promènerez entre les châtaigniers, les hêtres et les sapins. Cependant, ma partie préférée reste la pelouse où la végétation est réduite et les rochers se découvrent du sol. Au sommet, le panorama vaut le coup d’œil. Vous aurez la chance de voir la mer Méditerranée par temps clair. Les Causses, les monts du Cantal et peut-être les sommets enneigés des Pyrénées et des Alpes seront votre horizon. Le Mont Aigoual est le trait de séparation entre les collines cévenoles et les Causses bien plus désertiques. C’est là aussi que se trouve une station météorologique. Ceux qui y travaillent à l’année. L’hiver, ils sont coupés de leur famille. A partir du printemps et jusqu’en automne, ils pourront vous faire découvrir leur travail. Et surtout, c’est la porte d’entrée des Cévennes.

 

D’autres articles vous attendent sur notre périple dans le Languedoc-Roussillon:

⇒ Le Mont Lozère, terre de transhumance

⇒ Le musée du Désert, un hommage aux protestants du Languedoc

=> Nîmes et ses environs

=> Le Narbonnais

⇒ Le Pays cathare

=> Le Pic du Canigou

=> Carcassonne

=> La Bambouseraie de Prafrance

=> Montpellier

=> Les environs de Montpellier

=> Le cirque de Navacelles

=> Le chaos de Montpellier-le-Vieux

PROCHAINE ETAPE: LES GORGES DU TARN

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *