Destinations tendanceFrance

J1 LANGUEDOC-ROUSSILLON : LE MONT LOZERE, TERRE DE TRANSHUMANCE

Venant du Nord de la France, c’est par la Lozère que j’ai débuté le voyage. Etant le département le moins peuplé de France, la Lozère est assez délaissée des voyageurs. Pourtant, au fil de mes articles, je vous prouverai que c’est un vrai coin de paradis pour les amoureux de la nature. Tout de suite prêt à chausser les chaussures de randonnée, je n’ai pas hésité à tourner autour du mont Lozère. Par la suite, d’autres randonnées plus rudes m’attendaient et il fallait me ménager un peu. Après l’effort, le réconfort. C’est par une cascade ravissante que nous avons achevé cette belle première journée.

Matin : LE MONT LOZÈRE

Quelle randonnée choisir ?

Il y a un site de randonnée montagne que j’aime beaucoup. Son nom est altituderando et il propose trois promenades autour du mont Lozère. Nous avons choisi celle-ci. Un petit tour du mont Lozère qui prend une petite demi-journée. Cela nécessite que vous partiez avec de l’eau et un picnic. D’autres randonnées plus courtes partent également du col de Finiels qui fut notre point de départ.

Une randonnée dans le parc national des Cévennes …

Situé dans un des 10 parcs nationaux de France, le mont Lozère bénéficie d’une attention toute particulière de la part de l’Etat. A savoir que ce parc national est le seul qui soit habité dans notre pays. Soyez attentifs à la nature qui vous entoure car plus vous descendrez dans la région, plus vous serez confronté à des paysages de garrigue. Ici, ça n’a rien à voir. Celui qu’on appelle aussi le mont Chauve se caractérise d’abord par ses blocs de granite. Un granite qui vient des profondeurs de la Terre puisqu’il s’agit « du refroidissement d’un magmat silicaté qui est monté à travers les schistes cristallins il y a 300 millions d’année » comme l’indique le panneau d’information sur le sommet du mont Lozère. De gros blocs seront sur votre chemin un peu partout.

L’autre élément caractéristique du paysage du mont Lozère, c’est la pelouse. Si on le surnomme mont Chauve, c’est parce que justement, la végétation est rare ici. Cette pelouse d’altitude est assez unique même si aujourd’hui de plus en plus menacée par la progression de la forêt.

 

… et au patrimoine mondial de l’UNESCO

Double appellation donc pour le parc national des Cévennes. Car cet environnement est aussi celui façonné par les hommes. Pendant longtemps, ils se déplaçaient en altitude avec leurs bêtes pour pratiquer la transhumance (lire mon article ici). Ils ont rendu ainsi les Cévennes uniques en formant des passages au fur et à mesure de leurs pérégrinations. Ces routes s’appellent des drailles. Si elles ont tendance à s’effacer au profit de la végétation depuis que la transhumance a disparu ou s’effectue en camion, quelques irréductibles éleveurs s’entêtent dans cette pratique qui est encouragée. Les troupeaux permettent ainsi d’empêcher le recul de la forêt et protègent la dite pelouse. Vous serez enchanté d’entendre encore les sonailles même si nous avons vu plus de vaches que de moutons, les bovins ayant pris la place des ovins. Avec leurs grandes cornes, on ne fait pas les malins. Il pourra vous arriver comme ce fut notre cas de trouver sur votre chemin des ânes car certains touristens aiment reproduire le voyage de Stevenson, l’auteur de L’île aux trésors qui a également rédigé un … Voyage dans les Cévennes avec un âne.

Ne pas randonner n’importe quand

 

 

 

 

Quelques téméraires souhaiteraient peut-être se lancer à la conquête du mont Lozère en hiver. Pourtant, c’est plus que déconseillé. En effet, le climat y est extrême. Si pas plus de 21°C en été, en revanche, l’hiver, les températures peuvent descendre à -30°C. Vent, brouillard et neige forment ce qu’on appelle la tourmente et vous ne pouvez plus rien voir. Les Montjoies, ces pierres verticales plantées dans le sol ne vous seront plus d’aucune utilité pour vous guider. Le froid peut vous terrasser. Certains en ont péri. A ce propos, on voit les tombes de ces quelques aventuriers malheureux au sommet. Un peu glauque mais ça calme.

APRES-MIDI/ CASCADES DE RUNES

Après 5 heures de randonnée, on a cherché à se prélasser un peu. Et on a trouvé un petit coin de paradis : les cascades de Runes. A partir du parking, il vous faudra 15 minutes pour les rejoindre en descente facile. Le spectacle est fascinant. Il y a peu de monde. On se baigne. Mais l’eau est à 12°C. L’ambiance tropicale n’était qu’un effet d’optique. Toutefois, cela ponctue bien une première journée lozérienne.

PROCHAINE ETAPE : MIALET ET SON MUSEE DU DESERT (1H35 de route)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *