AsieDestinations tendanceSri Lanka

HILL COUNTRY SUR LES HAUTS PLATEAUX DU SRI LANKA

Si vous voulez comprendre comment un petit pays comme le Sri Lanka est devenu l’un des quatre plus gros exportateurs de thé de la planète, il faudra vous aventurer en son centre. Dans les hauteurs, les collines sont recouvertes d’arbres à thé, rehaussées ici et là par les couleurs des légumes. Enfilez votre doudoune, je vous emmène aujourd’hui à Hill Country.

 

UN SOUPÇON DE GRANDE-BRETAGNE A NUWARA ELIYA

Après un (très) long périple en train, nos pieds se posent enfin à Nuwara Eliya. La gare se trouve un peu plus bas mais une horde de tuk-tuks nous attend déjà pour nous déposer en ville. Bien plus chanceux qu’à Kandy, Sashi s’avère être un excellent chauffeur qu’on décide de garder pour ces 3 jours. Après avoir posé nos valises dans notre Airbnb, nous explorons enfin la ville.

Nuwara Eliya ressemble à s’ y méprendre à une ville de villégiature britannique. Les hôtels de style Tudor, le jardin botanique dans le parc Victoria, le terrain de golf … Tout y est. Heureusement, le marché et les restaurants de rue nous rappellent que nous sommes au Sri Lanka. C’est une ville où il fait bon flâner quelques heures. On lui pardonnera la promenade payante autour du lac artificiel. On pardonnera aussi l’intransigeance du Hill Club où veste et cravate étaient malheureusement de rigueur. Ces petits défauts sont complètement balayés vers 16h00 quand les serveurs du High Tea at the Grand vous apportent l’afternoon tea gargantuesque. Le thé est délicieux tout comme les wraps de saumon, les scones et les mini pâtisseries. Vous savourerez tout cela dans le magnifique décor du luxueux Grand Hotel. Pour notre part, nous étions perchés dans le village attenant où les températures étaient bien fraîches. Mais nos hôtes nous réchauffaient le cœur avec leur rice and curry.

EN TUK-TUK ENTRE LES PLANTATIONS

         Pour ceux qui ne vous vanteront pas Nuwara Eliya (et ils sont nombreux), ils auraient dû y séjourner un peu plus longtemps. Les alentours sont tout simplement fabuleux. Et Hill Country prend tout son sens.

C’est en tuk tuk que nous serpentons entre les hauts plateaux où pousse le thé, là où les femmes tamoules venues d’Inde sont arrivées il y a longtemps, les Sri Lankais n’étant pas attirés par ces nouveaux emplois. Aujourd’hui, elles égayent encore le paysage, illuminant les plantations vertes des couleurs chatoyantes de leur sari. La route est une des plus belles que j’ai prise dans ma vie. On s’attend à un immense tapis vert mais il est rompu ici et là par des teintes rouges, orange ou violacées. C’est que la région est propice à  la culture de nombreux légumes : des carottes, des ladyfingers, des courgettes … Et tout ça est vendu au marché de Nuwara Eliya. Les fraises sont devenues une autre spécialité de la région et poussent toute l’année.

Si vous venez pour découvrir le thé sri lankais, vous ne serez pas déçus. Les usines à thé sont pléthore et ouvertes à la visite. Nous avons jeté notre dévolu sur celle de Blue field. Quelque soit celle que vous choisirez, vous serez à la fin incollable sur le BOP et le Pekoe. Les feuilles y sont plus ou moins fines. Plus le thé est broyé, plus il est fort. C’est le cas du BOP qui se sert plutôt le matin. Vous verrez essentiellement la confection du black tea. Le silver tea beaucoup plus cher, lui, sèche au soleil sans l’aide de machines. En achetant à la boutique, vous aurez l’assurance de ne pas avoir de mélange comme ceux qui nous parviennent en Europe après être passés par la case Colombo. Le gros reproche de ces visites, ce sont les guides qui ont appris un texte par cœur et qui le récite sans grande conviction. Mon coup de cœur fut l’Heritance tea factory, une ancienne usine à thé reconvertie en hôtel de luxe. Juste fabuleux. Nous en avons profité pour prendre un thé, planté dans ce décor. Pour ceux qui veulent y manger, réservez bien à l’avance et vous pourrez peut-être dîner dans un ancien wagon.

En ce qui concerne le thé, il faut toutefois avoir un minimum de recul critique. Certes, c’est beau et c’est aujourd’hui une marque de fabrique du Sri Lanka mais il a sa part d’ombre. Il faut garder à l’esprit que cette culture a détruit une très grande partie de la forêt sri lankaise. Le travail dans les plantations est ingrat.  Réservé aux femmes, elle ne sont payées que l’équivalent de 4 euros par jour pour huit heures de travail. En cueillant les feuilles de thé, beaucoup se coupent et voient leur doigt amputé. Et le soir, elles rentrent dans leurs bidonvilles. Pour en savoir plus, cet article du géographe Gilles Fumey est très éclairant.

Sashi, notre chauffeur de tuk tuk, nous a régalés et nous a emmenés dans des endroits extraordinaires comme les Ramboda falls. Pour y accéder, il faut franchir un hôtel tout ce qu’il y a de plus banal. Mais derrière, La cascade se dévoile. Extraordinaire. Le clou du spectacle étant ce sensationnel coucher de soleil aux nuances rougeâtres qui s’embrasent dans le ciel.

 

UNE EXCURSION AUX HORTON PLAINS

         De Nuwara Eliya, vous pouvez négocier une voiture avec chauffeur jusqu’aux Horton Plains. Classés à l’UNESCO, vous vous situez à plus de 2 500 mètres d’altitude. Cette forêt de montagnes nécessitera de casser la tirelire (environ 100 euros par personne pour la voiture et les droits d’entrée). Elle exigera aussi beaucoup d’efforts de la part des lève-tard car mieux vaut être sur place pour 5 heures du matin. En effet, dès 10h00, le lieu est souvent noyé dans la brume, et vous serez loin d’être la seule jeep ou solitaires sur les chemins de randonnée. C’est le bémol de la visite : les touristes sont nombreux. Mais ces 3 heures de marche valent le détour tant le paysage n’a pas d’équivalent ailleurs dans le monde.

Le paysage se divise en deux parties : des plaines herbeuses qui peuvent être très sèches au petit matin et une forêt humide juste à côté, permettant de réguler la température. La flore et la faune sont exceptionnelles car endémiques des Horton Plains. Citons côté flore, le keena, un arbre en forme d’ombrelle et côté faune, le sambar, une sorte de cerf tapis dans la brume. Malheureusement, certains touristes l’attirent en lui tendant des bananes alors que ce n’est pas bon pour l’animal.

 

 

Informations pratiques sur Hill Country: 

Comment s’y rendre? Le meilleur moyen est d’arriver en train si vous venez de Kandy ou d’Ella. La portion entre Ella et Nuwara Eliya est la plus belle. L’inconfort sera vite remplacé par les vues dont vous jouirez.

Où loger?: Au Highest village Bungalow. Vous pouvez le réserver via Airbnb. L’hôte Bandula et sa famille vous accueilleront chaleureusement. Le soir, mieux vaut prendre un gros pull car il fait froid. Sachez que nous ne sommes pas exactement à Nuwara Eliya mais à un village au nord plus en hauteur à 15 minutes de la ville. Bandula vous y mènera gratuitement quand bon vous semble. Cerise sur le gâteau, le rice and curry de sa femme est un délice.

Où manger? Au risque de me répéter, il faut absolument essayer l’afternoon tea au Grand Hotel moyennant environ 25 euros. C’est aussi bien qu’en Grande-Bretagne. Pour le soir, arrivez tôt pour être sûr d’avoir une table au Grand Indian qui lui vous sert une succulente cuisine indienne.

 

MON AVIS SUR HILL COUNTRY

C’est vraiment ici que j’ai compris que j’aurais du mal à quitter ce pays. Certes, c’est l’endroit où il a fait le plus froid mais les paysages en valaient la peine. Beaucoup ne passent qu’une nuit à Nuwara Eliya et en repartent déçus. Je vous conseille d’y passer 3 jours rien que pour voir ce qu’il y a autour, les Horton Plains devant absolument figurer dans votre programme. Enfin, il est bon de rappeler que les montagnes du Sri Lanka n’ont absolument rien à envier à ses plages.

 

D’autres articles vous attendent sur notre périple au Sri Lanka:

⇒ Le Sri Lanka en train, mode d’emploi

=> Kandy

=> Sigiriya et Dambulla

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *