USA

DEEP SOUTH : ITINÉRAIRE, AVIS ET BONS PLANS

Comme beaucoup de monde, j’ai commencé à visiter l’Amérique par New York. Mais pour mon deuxième voyage aux USA, je voulais changer d’ambiance. 2018 était l’année parfaite pour visiter le Deep South. La Nouvelle-Orléans soufflait les bougies de son trois-centième anniversaire, Martin Luther King était mort à Memphis il y a juste 50 ans et Montgomery inaugurait un nouveau mémorial. C’est donc dans ce méli-mélo d’hommage aux droits civiques et de berceau de la musique que j’allais vivre de nouvelles expériences inoubliables.

Ce qu’on adoré ♥

    • la musique qu’elle soit country, rock, jazzy, blues ou cajun

    • entendre du français qu’on ne comprend pas toujours dans le pays cajun

    • la visite de tous les sites ayant trait aux droits civiques

Ce qu’on a moins aimé  

    • l’organisation de certaines villes entrecoupées de routes et impossibles à pratiquer à pied

    • qu’on nous demande notre carte d’identité pour entrer dans les bars le soir

    • Memphis qu’on a trouvée moche

12 JOURS DANS LE DEEP SOUTH : UN PROGRAMME SERRE

Je ne pouvais pas prendre beaucoup plus de vacances mais sachez que 12 jours est le minimum pour pouvoir découvrir le Deep South en plusieurs Etats. J’ai bien évidemment fait des choix et laissé des incontournables de côté. Mais ça nous donne envie de revenir. Sachez qu’on a atterri à Atlanta (1 000 euros aller-retour de Paris en vol direct), ce qui est le plus confortable. Attendez vous à rouler beaucoup et longtemps car les distances sont longues. Voici donc les 12 jours détaillés :

    • CHARLESTON, 1 JOUR

On ne pouvait rêver plus belle entrée en matière. Charleston, la ville où a commencé la guerre de Sécession, dévoile une des plus belles architectures du pays avec ses maisons immenses antebellum. A tel point qu’aujourd’hui les Yankees, les ennemis d’autrefois, y ont posé leurs valises. Il fait vraiment bon de flâner dans cette ville qui invite facilement à la promenade.

Lire l’article sur Charleston ici

    • LA COTE DE LA GEORGIE, 2 JOURS (à 2 heures de Charleston)

Soyez les premiers à frimer auprès de vos amis d’être allés dans un coin où les étrangers se rendent peu. Pourtant, la côte de la Géorgie possède de nombreux atouts et les productions cinématographiques lorgnent de plus en plus sur ces plages sauvages jonchées de bois flotté. Nous avons commencé par la magnifique Savannah. On a aimé se poser sur les bancs des 21 squares de la ville où les arbres portent de longues moustaches de mousse espagnole. On a goûté la cuisine du Sud chez la mythique Mrs Wilkes où il faut s’armer de patience pour obtenir une table. Et enfin, on est allé sur les anciens quais qui réceptionnaient le coton où ici, les vieux steamers rencontrent des porte-conteneurs. Bref, une des plus belles villes que j’ai vue de ma vie. Mais on ne pouvait pas manquer les îles sauvages de la côte géorgienne. En dehors des sentiers battus, l’île de Cumberland nous a régalés. 3 paysages en une seule île : des marais, une forêt tropicale et une étendue de plage déserte. Et en plus, on a vu des tatous et des chevaux sauvages.

Lire l’article sur l’île de Cumberland

  • NASHVILLE, 2 JOURS (à 7h30 de Savannah avec halte dans un motel à Atlanta)

Changement de décor. Fini les villes bien léchées de la côte Atlantique. Ici, on arrive dans un univers plus brut. Ne jugez pas Nashville à son centre-ville clairement laid (même si la tour Batman est sympa). Ici, on vend de la country à tire-larigot. Si le musée consacré à Johnny Cash nous a émus, en revanche le Country Music Hall of Fame est un peu pompeux. Et les honky tonks sont clairement dirigés touristes où on entend la même rengaine. Toutefois, on a adoré Nashville. Contrairement à Memphis, elle reste au centre de la création musicale, en témoigne le quartier de Music Row, une enfilade de maisons de disques. Poussez les portes des clubs que vous susurrent les locaux et à coup sûr, vous y découvrirez de supers groupes de rock. En dehors du centre, les quartiers résidentiels d’East Nashville et de Germantown valent un détour. Mais surtout, on ne repart pas de Nashville sans bien manger. C’est la ville où je me suis le mieux rempli le ventre. Entre traditions du Sud et cuisine revisitée, c’est clairement the place to be pour découvrir de nouveaux talents culinaires en ce moment aux USA.

Lire l’article sur Nashville

  • MEMPHIS, 2 JOURS (à 3h30 de Nashville)

Ça n’a clairement pas été le coup de cœur. Bien difficile de déambuler dans Memphis. Néanmoins, ville à ne pas éviter à tout prix car quelques visites méritent l’étape. Surnommée Soulsville, c’est une ville imprégnée de musique où vous pourrez aller écouter du blues sur Beale Street. Malheureusement, cette rue est trop touristique, on se croirait dans un parc d’attractions. En revanche, pour les fans d’Otis Redding ou d’Isaac Hayes, le musée de la Stax revient sur la success story de cette maison de disques. Mais ce qui nous aura le plus touchés à Memphis, c’est la visite du musée des droits civiques en lieu et place du Lorraine Motel où a été assassiné Martin Luther King en 1968.

Lire l’article sur Memphis

  • AU PAYS CAJUN, 2 JOURS (à 6h30 de Memphis)

Ça pour un road trip, c’est un road trip. 700 kilomètres parcourus entre Memphis et le pays cajun avec une traversée complète de l’Etat du Mississippi. Nous voilà enfin en Louisiane. Et au pays cajun plus précisément. Ici, ils ont le sens de l’accueil. On y parle le français mais bien différent du notre. Si vous le pouvez, allez y en avril comme nous. Le fameux festival de jazz se tient à La Nouvelle-Orléans tandis que le festival de musique francophone de Lafayette vaut aussi le détour. Extrêmement festif, il est en plus gratuit. Et puis bien sûr, il y a le bayou. Ce fut sans doute l’expérience la plus remarquable de notre périple. Le Lake Martin est le meilleur endroit pour observer les cyprès, alligators, hérons, tortues et autres centaines d’oiseaux. Là, appelez Norbert Le Blanc, un octogénaire cajun qui vous emmènera dans un Swamp tour inoubliable. Et c’est qu’il en a des choses à raconter ce monsieur à la barbe blanche, de ses débuts de chasseur d’alligator à sa reconversion touristique. Même Anne Hidalgo n’a pu résister à la tentation d’aller le voir. Et surtout, dépêchez vous car c’est le dernier qui fait encore des visites en français cajun. En plus de cela, je vous invite à visiter les plantations, la Laura plantation ayant même des visites guidées en français. Mais bien que souvent magnifiques avec leurs allées de chênes, elles en oublient le sujet principal : l’esclavage. C’est en cela que la Whitney Plantation doit être ajoutée à votre to do list Deep South car c’est la seule à se concentrer sur le sujet (visites guidées en français le samedi uniquement).

    • LA NOUVELLE-ORLÉANS, 2 JOURS (à 1h00 de Laura Plantation)

2 jours, ce fut bien court pour visiter La Nouvelle-Orléans, d’autant que nous sommes tombés littéralement amoureux de la ville. Son architecture est exceptionnelle que ce soit dans le Carré français ou dans le Garden district mais il serait dommage de ne pas pousser plus loin vers Faubourg Marigny, Bywater ou Treme. Les visites guidées en français du Monde Créole sont à ce titre excellentes, en particulier celle de Treme, quartier qui rebute souvent les touristes, pourtant remis au goût du jour après la série de David Simon. Et La Nouvelle-Orléans, c’est aussi chaque soir une virée dans un bar où le jazz ne quittera plus vos oreilles. Nous avons aussi adoré nous promener dans le City Park, plus grand que Central Park à New York.

Lire l’article sur La Nouvelle-Orléans

    • MONTGOMERY, 1 JOUR (à 4h30 de La Nouvelle-Orléans)

L’Alabama n’est souvent que traversé par les touristes qui se rendent dans le Deep South. Pourtant, Montgomery a une histoire riche. C’est par exemple ici que Martin Luther King a initié le boycott des bus. Depuis l’an dernier, la ville a lancé deux grands chantiers culturels qui devraient la rendre plus attractive. En plus, d’un musée s’attachant à l’histoire des Afro-américains (en rappelant qu’aujourd’hui l’incarcération de masse a pris le relais de la ségrégation), le mémorial national pour la paix et la justice est la consécration ultime de leur mémoire. Souvent oubliés de l’histoire, les lynchages sont une triste réalité qui a été la suite dramatique de l’abolition de l’esclavage. Ce monument poignant mérite vraiment un détour.

Lire l’article sur Montgomery

    • ATLANTA, 1 JOUR (à 2h30 de Montgomery)

Atlanta est un bon point de chute pour terminer son périple dans le Deep South. C’est d’ailleurs certainement là que vous reprendrez l’avion. J’ai quand même été surpris de m’y sentir bien. Pour ceux qui veulent terminer de parfaire leurs connaissances sur les droits civiques, le quartier d’Auburn est à voir. C’est là qu’il y a le tombeau de Martin Luther King, Atlanta étant sa ville natale. J’ai aussi adoré ses tours hautes et originales. En revanche, le quartier des musées m’a déçu, en particulier le musée du Coca-Cola où on n’apprend absolument rien à part faire des photos avec une mascotte ours polaire ou à goûter tous les cocas qui existent sur Terre.

NOTRE ITINÉRAIRE EN CARTE

QUEL MODE DE TRANSPORT CHOISIR ?

Il est indispensable de louer une voiture. En premier lieu, les distances sont longues. Ensuite, même si vous voulez vous contenter d’un tourisme urbain, sachez que les villes du Deep South ne sont pas New York, Boston ou San Francisco. Les réseaux de transport en commun sont très peu développés et les villes sont gigantesques. Ce qui m’a d’ailleurs gêné lors de nos promenades, c’est qu’une autoroute peut surgir à tout moment sur votre passage.

QUAND Y ALLER ?

Oubliez l’été. On y était fin avril et il faisait déjà 30 degrés. Pour ceux qui aimeraient visiter la région en septembre pour éviter les touristes, c’est sûrement la pire période. A la chaleur suffocante se mêle la saison des ouragans et avec le réchauffement climatique, leur fréquence est plus importante. Voilà pour moi les 3 meilleurs mois pour envisager cette région :

    • Novembre : c’est Halloween. La Nouvelle-Orléans le fête en grandes pompes.

    • Février : Mardi gras est le plus grand rassemblement de La Nouvelle-Orléans. Déjà festive, la ville ne dort plus pendant un moment. A savoir aussi que dans le pays cajun, les Cadiens perpétuent la tradition du Mardi Gras. A Eunice, les participants avec leurs costumes faits main errent de maison en maison en mendiant les ingrédients du gumbo (une soupe brune traditionnelle) au voisinage. Tout ça, accompagnés de chants aux origines … bretonnes. 

    • Avril : peut-être la meilleure saison. Lafayette accueille de nombreux artistes francophones lors de son festival. La Nouvelle-Orléans clame son amour du jazz lors du Jazz fest. Et à Savannah, on retrouve une des manifestations les plus importantes au monde de la Saint Patrick.

CE QUI NOUS A MARQUE PENDANT NOTRE VOYAGE :

    • Les inquiétudes de nos hôtes à propos de Donald Trump. Ils nous demandaient quelle vision on en avait. Il faut quand même savoir que nous étions dans des Etats où on avait massivement voté pour lui. Nos hôtes étaient en revanche clairement démocrates.

    • Les habitants du quartier qui nous disaient tous bonjour dans les grandes villes, en particulier dans les zones non touristiques. Cette politesse nous a en particulier charmé à Nashville.

    • Le français parlé de l’autre côté de l’Atlantique. Très difficile à comprendre pour nous, on a halluciné quand on entendait des Canadiens (venant plus d’Acadie que du Québec) parler avec des cajuns. On a remarqué ainsi la force de notre langue mais aussi comment chaque société francophone se l’était appropriée.

    • Des Françaises qui étaient venues spécialement à La Nouvelle-Orléans pour voir … Christophe Maé.

    • Et cette voiture ….

TOP 5 DES ENDROITS OU MANGER

1) Biscuit love (Nashville) :

un petit-déjeuner du Sud à vous caler pendant des heures entre ses biscuits (sorte de scones mais plus mous), ses saucisses, son fried chicken et sa sauce gravy. Par contre, une heure d’attente pour y entrer pourrait rebuter les impatients.

2) Bacchanal (La Nouvelle-Orléans) :

un endroit bien sympa et loin des quartiers touristiques. Alors que la façade ne donne pas envie d’entrer, c’est surtout le jardin où l’on mange qu’on a adoré avec sa scène musicale. Très bon choix de vins. Pour les autres, ce sera du fromage. On pensait manger des en-cas bas de gamme. Ils étaient gastronomiques. Le tout accompagné d’artistes locaux qui vous chantent de belles mélodies.

3) Rolf and daughters (Nashville) :

la ville a une liste de restos de qualité hallucinante. Rolf and daughters, c’est d’abord une façon de découvrir un nouveau quartier (Germantown). A l’intérieur de sa grande salle, on s’est rué sur les plats à base de produits fermiers locaux. Le poulet au citron est à tomber.

4) Hominy Grill (Charleston) :

endroit idéal pour bruncher un dimanche à Charleston. La vieille cuisine du Sud est revisitée. Les biscuits remplacent les buns pour proposer des burgers originaux. Et qui ne se laisserait pas tenter par la pecan pie ?

5) Mrs Wilkes Dining Room (Savannah) :

Mrs Wilkes est une vieille dame hyper connue dans le Sud. Les Américains s’y pressent pour goûter sa cuisine du Sud, cette fois traditionnelle. Le red rice, les biscuits, le cabbage … Vous en aurez pour votre argent, attablés avec d’autres convives. Comptez au moins une heure d’attente.

TOP 5 DES ENDROITS OU ECOUTER DE LA MUSIQUE :

1. Le Preservation hall (La Nouvelle-Orléans) pour écouter du jazz authentique.

2. Blue Moon Guesthouse (Lafayette) pour écouter de la musique cajun et zydeco entraînante sans que ce soit ringard.

3. The Candlelight lounge (La Nouvelle-Orléans) pour écouter des brass bands locaux de Treme et découvrir un lieu emblématique de la série du même nom.

4. Snug Harbor (La Nouvelle-Orléans) pour écouter du jazz mis en scène avec des chanteurs à voix.

5. The Basement East (Nashville) pour écouter de supers groupes de rock et fuir les honky tonks.

SI JE REVENAIS UN JOUR DANS LE DEEP SOUTH, J’IRAIS :

    • à Birmingham, qui a été au cœur du mouvement des droits civiques et qui possède un des plus beaux musées sur le sujet.

    • à Muscle Shoals, une ville qui a abrité un grand studio de musique où se sont entre autres produits Aretha Franlin et Percy Sledge qui y a enregistré son « When a man loves a woman ».

    • dans les Great Smoky mountains, un des plus beaux parcs naturels du pays et qui a de plus en plus le vent en poupe auprès des voyageurs.

    • dans le Mississippi, l’Etat que j’ai clairement négligé, et en particulier à Natchez.

    • sur la côte du Golfe du Mexique, avec les stations balnéaires de Mobile ou Biloxi.

Qui sait, c’est peut-être pour très bientôt …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *