Destinations tendanceFrance

CAEN : L’AUTRE CAPITALE DE NORMANDIE

Ravagée pendant le Débarquement, Caen a une histoire longue qui remonte à son fondateur, Guillaume Le Conquérant. A la place de ruelles médiévales tortueuses, vous marcherez dans de grands boulevards où s’alignent les immeubles en pierre de Caen. Indissociable de son mémorial, Caen cache pourtant d’autres surprises.

 

INCONTOURNABLE MÉMORIAL DE CAEN

Avec ses 350 millions de visiteurs par an, c’est le sixième site touristique le plus visité de Normandie. Ce musée, car c’en est bien un, est l’un des plus visités de France en province. Extrêmement ludique, il intéressera les petits comme les grands qui s’intéressent à la Seconde guerre mondiale. Prévoyez une journée car c’est un lieu extrêmement riche.

 

Ce sont 3 espaces thématiques qui organisent le musée :

  • La Seconde guerre mondiale. Rien que pour celui-ci, une demi-journée n’est pas de trop. On commence par vous expliquer la situation du monde avant 1945 en remontant jusqu’à l’après Première-guerre mondiale. Les origines de la guerre sont multiples, complexes mais bien synthétisées dans ce long couloir. Par la suite, des thématiques s’intéressent à la France pendant la guerre, les génocides et les massacres, la guerre européenne qui devient mondiale, les sociétés face à la guerre ou encore la question de la Libération. L’occasion d’en savoir plus sur le massacre de Nankin en 1937 opéré par les Japonais en Chine, les bombardements qui ont beaucoup touché le Japon et l’Allemagne … soit des épisodes plus méconnus. On ressort en y apprenant forcément quelque chose et les cartes chronologiques qui se succèdent au fil des salles nous permettent de nous repositionner dans le temps. Une exposition de grande qualité.
  • La guerre froide. Cela peut paraître plus surprenant mais c’est la suite de la guerre. Je n’ai pas visité cette partie car le temps me manquait mais je gage que ça doit être tout aussi bien. Berlin a le droit à sa section.
  • Le débarquement et la bataille de Normandie. C’est pour moi la partie la plus passionnante du musée. Le choix de Caen est approprié. Le Débarquement est expliqué dans sa globalité quand les musées des plages du Débarquement se concentrent plutôt sur une plage ou un aspect. J’ai aimé ici la section consacrée aux civils et en particulier ceux de Caen. Pour libérer la France, ces gens en ont payé le prix fort. Non, le Débarquement est loin d’avoir été une promenade de santé et surtout la bataille de Normandie qui s’ensuit où les soldats ont dû se battre dans ce paysage de bocage.

 

Ne manquez pas les jardins du souvenir, un vaste espace vert. Même si les œuvres d’art m’ont laissé de marbre, le bunker souterrain du général Richter doit figurer sur votre liste des choses à voir. Après de longues heures dans les salles du musée, les touristes sont peu nombreux à venir dans cet endroit passionnant où la scénographie a été entièrement revue. Vous verrez ainsi ce qu’a été la vie dans un bunker et comprendrez pourquoi la prise de Caen par les Alliés a été difficile.

 

L’ABBAYE-AUX-HOMMES : LA PÂTE GUILLAUME LE CONQUÉRANT 

         Guillaume Le Conquérant est le fondateur de Caen. Le premier roi d’un empire transmanche y fait bâtir une forteresse sur un éperon rocheux. Le château s’impose toujours avec autant de majesté. Il accueille entre autres le musée des Beaux-Arts.

 

Ce qu’on retient peut-être le plus dans l’œuvre de Guillaume à Caen est peut-être l’Abbaye-aux-hommes où il fut inhumé en 1087. C’est pendant une visite guidée passionnante qu’on peut entrer dans les salles de cet ancien monastère qui a beaucoup changé. La construction de l’abbaye débute en 1063 alors que Guillaume n’est que duc de Normandie. Elle s’achèvera seulement 20 ans plus tard, une prouesse pour l’époque. Cette rapidité d’exécution s’explique par la conquête de l’Angleterre qui permet de dégager des revenus et les carrières de la pierre de Caen à proximité. Une pierre tellement populaire car facile à travailler qu’on la retrouve dans de nombreux monuments outre Manche. Les reliques ramenées par Guillaume le Conquérant, notamment celles du martyr Saint-Etienne qui a donné son nom à l’église de l’abbaye, contribuent à sa renommée.

 

L’abbaye subit ensuite bien des péripéties. En 1346, Caen alors propriété du duc de Normandie et roi d’Angleterre, est prise par les Français. On fortifie l’abbaye qui est désormais en première ligne des combats. A la fin du XVe siècle, le système de la commende est mis en place dans le royaume de France. Alors qu’autrefois, les abbés étaient élus par les moines, ils sont désormais des grands seigneurs qui n’ont mis, ni ne mettront jamais les pieds dans l’abbaye. Le nombre de moines commence à décliner. Les guerres de religion en 1562 et 1563 font grand tort à la ville. Les protestants profanent même le gisant de Guillaume. Enfin, la Révolution française chasse les moines.

 

De statut d’abbaye, l’œuvre de Guillaume devient un lycée et le reste longtemps. Les bâtiments conventuels deviennent des salles de classe et le cloître la cour de récréation. Pendant la bataille de Normandie, l’église, le palais ducal et les bâtiments conventuels reconstruits servent de refuge aux Caennais. Si vous vous promenez dans le cloître, vous verrez encore des impacts des bombardements. Mais le bâtiment tient, ce qui n’est malheureusement pas le cas du reste du patrimoine de la capitale de Basse Normandie. Aujourd’hui, l’hôtel de ville s’y est installé.

L’ABBAYE-AUX-DAMES

         Les femmes ont aussi leur monastère et celui-ci a été fondé par Mathilde, la femme de Guillaume le Conquérant, inhumée ici en 1083. Désormais, c’est l’un des deux sièges de la capitale de la nouvelle région normande qu’elle partage avec Rouen. Une visite guidée s’impose. Prenez le temps de traverser la nef de l’église de la Trinité, magnifique témoin de l’architecture normande qu’on exporte jusqu’en Angleterre.

Informations pratiques sur Caen: 

Où réserver les visites guidées? Pour une visite de l’une des deux abbayes, rendez vous sur le site de  l’office du tourisme.

Où bien manger? L’Hydropathe.  Ouvert en 2015, ce bar à vin est déjà devenu une adresse incontournable des locaux. Ici, les vins sont choisis par un sommelier. Des tapas succulents accompagnent les verres. Même si le concept est espagnol, les tapas se réapproprient le terroir. Des planches de charcuterie ou de fromages, des huîtres ou des terrines de foie gras, nul doute que vous êtes en France. L’une des cinq meilleures adresses de la région. En plus, la déco vaut le détour. Il faut attendre pour avoir une place par contre.

Où se loger? Côté jardinCette adresse Airbnb est une pépite à Caen. Situé à quelques minutes du centre dans un quartier où s’alignent de magnifiques maisons bourgeoises. Côté jardin est l’une d’elle. Vous disposez d’une chambre à la décoration magnifique. Le petit-déjeuner est excellent et s’il fait beau, vous pouvez profiter du jardin.

MON AVIS SUR CAEN:

Comparé à Rouen, Caen est bien moins belle. Pourtant, passer 2 ou 3 jours ici est vivement recommandé. Le patrimoine de Caen et son histoire sont vraiment dignes d’intérêt. Et c’est un excellent point de chute pour rejoindre d’autres grands sites de la région, en l’occurrence Bayeux et les plages du Débarquement.

D’autres articles vous attendent sur notre périple en Normandie:

La baie du Mont-Saint-Michel en 2 jours

=> Les îles Chausey

=> La côte du Contentin

=> Les plages du Débarquement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *