France

AU PAYS DES FAUX CATHARES

Dans l’Aude, les panneaux, les offices du tourisme ou toutes sortes de produits dérivés aiment à nous rappeler le pays cathare. Aujourd’hui, les ruines des châteaux sont devenus des incontournables pour tout touriste qui pose ses valises dans le Roussillon. Et le coin a de quoi plaire. Entre les magnifiques randonnées entre les châteaux, les Corbières jonchées de vignes et les immenses forteresses, c’est l’assurance d’un voyage mémorable dans notre beau pays. Qu’on doute sur l’existence des Cathares, c’est une autre histoire.

RANDONNER EN PAYS CATHARE

Les amateurs de longues randonnées pourraient bien succomber aux charmes du sentier cathare. Long de 250 kms si vous l’entreprenez en entier, il vous permet de relier les différents châteaux à pied. On éprouve alors un sentiment de fierté arrivé à leur sommet. Mis à part ce patrimoine exceptionnel, vous vous enfoncerez dans des paysages de montagnes spectaculaires entre garrigue et coteaux viticoles.

Pour notre part, on s’est contenté de 3h30 de randonnée partant du village de Cucugnan (très mignon avec son moulin) pour rejoindre le château de Quéribus. Et le moins qu’on puisse dire est que l’ascension fut éprouvante. Sans compter qu’il faut ensuite gravir les marches du château. Au sommet, on comprend mieux l’appellation « citadelles de vertige ». On avoue ne pas avoir été bien préparés. Quelle insouciance de l’entreprendre en plein mois d’août dans un paysage aussi sec à partir de 9h30. Si vous entreprenez cette randonnée, faites le de bonne heure au matin. Toutefois, la récompense était à la hauteur de l’effort.

5 CITADELLES DU VERTIGE

Quand on vient au Pays cathare, c’est avant tout pour ses châteaux. Ces forteresses majestueuses posées sur d’immenses rochers délimitaient les nouvelles frontières au sud de la France après que Louis IX ait aidé le pape à se débarasser des hérétiques albigeois au XIIIe siècle. L’occasion pour lui d’arracher au comte de Toulouse ses possessions et d’agrandir le domaine royal. S’il existe de nombreux châteaux cathares, seulement 5 ont été des citadelles royales surveillant les lignes de séparation avec la couronne d’Aragon (en gras, ceux que j’ai visités) 

  • le château de Peyrepertuse, clairement le plus impressionnant de tous. C’est en 1240 que Louis IX s’en empare. Bien que cité dès le IXe siècle, la forme actuelle de ce bâtiment est plutôt celle de Saint Louis. D’un modeste château seigneurial, il s’érige alors en impressionnante forteresse royale. Vu d’en haut, il semble être un vaisseau imprenable. C’est l’un des plus grands chantiers des années 1250 car nous sommes ici en terrain hostile pour le royaume de France. Je vous conseille vivement la montée des 71 marches de l’escalier pour jouir d’une vue exceptionnelle. On y voit assez facilement le château de Quéribus, ce qui prouve que les deux citadelles pouvaient communiquer. La vue est très dégagée sur la région, de la mer jusqu’aux Pyrénées. Essentiel pour protéger le territoire. D’ailleurs, avec le réseau de tours et de châteaux, Carcassonne était prévenue en seulement 3 heures en cas d’attaque. C’est sûrement l’un des trois plus beaux lieux que j’ai visités lors de mon périple dans le Languedoc-Roussillon.

    • le château d’Aguilar sur une simple butte et qui est entouré de superbes paysages viticoles. Il entre dans le domaine royal en 1257.

    • le château de Quéribus qui devient forteresse royale en 1258 après que le traité de Corbeil fixe la frontière franco-aragonaise. Avec le château de Peyrepertuse, il est un des deux maillons essentiels pour la surveillance du royaume. Un intérêt stratégique qui perdure jusqu’au traité des Pyrénées signé en 1659 entre Louis XIV et la couronne d’Espagne qui repousse la frontière un peu plus au sud.

    • le château de Puilaurens, position française la plus au sud et donc la plus exposée face au royaume d’Aragon. Rattaché à la couronne royale en 1250, il est transformé en forteresse en 1255. Site assez peu visité, il paraît que l’environnement alentour est magique.

    • le château de Termes, le dernier des 5 châteaux à être fortifié à la fin du XIIIe siècle.

LES CATHARES, UNE IDÉE REÇUE ?

Depuis quelques temps, certains historiens à l’instar de Robert I. Moore ou Monique Zerner ont remis en cause cette appellation de pays cathare tant brandi par les gens du coin. Une exposition intitulée : « Les Cathares, une idée reçue » s’est même tenue à Montpellier en 2018. Alors pourquoi tant de questionnements ?

    • même si le mot cathare est utilisé dans quelques sources du XIIe siècle désignant d’autres hérétiques, il n’ a jamais servi à désigner les hérétiques du sud de la France. Eux se nommaient « bons hommes » tandis que les inquisiteurs les appelaient seulement hérétiques. C’est en fait Alain Decaut qui, en 1966, dans son émission La caméra explore le temps popularise le mot.

    • c’est parce qu’ils sont contre l’institution de l’Eglise et ses dogmes qu’elle les condamne comme hérétiques. Les traiter d’hérétiques leur permet de lancer la croisade des Albigeois en 1209. Pourtant, ce sont bien des Chrétiens qui suivent les Évangiles. Ils ne se sont juste constitués en Eglise. Cela prouve bien l’intolérance de l’Eglise médiévale face à tous ceux qui osent la contester. Elle n’hésita pas à les faire passer pour des incestueux, des débauchés, des sataniques …, ce qui a longtemps donné une vision tronquée des « bons hommes », d’autant qu’on ne traitait cette histoire qu’avec les sources de l’Inquisition.

    • nommer les forteresses royales des châteaux cathares est abusif. Tout d’abord, parce qu’ils ne sont pas les constructeurs de ces châteaux, bien antérieurs. Pourtant, si des Albigeois se sont réfugiés à Quéribus, beaucoup de ces châteaux n’en ont fait accueilli aucun. Il faudrait plutôt les reconnaître comme des forteresses royales.

Tout ceci ne remet toutefois pas en cause la répression qui s’est abattue lors de la croisade des albigeois. C’est vraiment l’appellation de cathare qui pose problème.

Informations pratiques sur le pays cathare: 

Où se loger? C’est à Montner chez une charmante petite famille que nous sommes restés. A Montner, chez Valérie, vous serez reçu dans une ambiance conviviale et les dîners sont délicieux. En plus de la piscine, sachez que le prix affiché pour une nuit est vraiment imbattable tellement c’est bas.

MON AVIS SUR LE PAYS CATHARE:

Le pays cathare s’impose comme une étape indispensable de votre voyage dans le Languedoc-Roussillon. Des forteresses vertigineuses dans des environnements tout autant fascinants. Et peu importe la véracité de l’histoire du pays cathare, ça ne l’a pas empêché de lancer sa candidature à l’UNESCO.

D’autres articles vous attendent sur notre périple dans le Languedoc-Roussillon:

Le Mont Lozère, terre de transhumance

Le musée du Désert, un hommage aux protestants du Languedoc

=> Nîmes et ses environs

=> Le Narbonnais

PROCHAINE ETAPE: LE PIC DU CANIGOU (A 2h30 de Narbonne)

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *