Destinations tendanceFrance

A L’ASSAUT DES PLAGES DU DEBARQUEMENT

Le 6 juin 1944, la Normandie est entrée dans l’histoire du monde. Américains mais aussi Anglais, Canadiens, Polonais et quelques Français libres ont participé à cette mission qui allait changer le récit de la Seconde guerre mondiale. Les côtes normandes sont magnifiques mais ces plages de la Manche ont un goût particulier pour tout visiteur dans la région. C’est l’occasion de vous présenter les lieux qui m’ont marqué même si la liste est loin d’être exhaustive.

 

 

LE DÉBARQUEMENT EN RÉSUMÉ

Avant de débarquer, il faut penser le débarquement. Évoqué de longue date, c’est lors de la conférence de Téhéran, qui se tient du 28 novembre au 1er décembre 1943, que Churchill, Staline et Roosevelt actent cette décision. Acculé à Moscou et Leningrad, Staline souhaite ouvrir un second front pour soulager l’Armée rouge. Il est donc largement favorable à la solution du Débarquement tandis que Churchill, craignant un bain de sang, est plus réservé. Mais il plie quand Roosevelt se range à la position de Staline.

 

Prévu au départ le 1er mai 1944, Eisenhower, le commandant suprême de l’opération, doit reporter à cause du manque de barges pour transporter ses troupes. Des questions se posent alors : débarquer de jour ou de nuit ? à marée haute ou à marée basse ? Finalement, il a lieu à l’aube à mi-marée montante ce qui permet de voir une partie des pièges mais aussi d’éviter aux soldats de parcourir trop de kilomètres à pied.

 

1,5 million de soldats sont ainsi lancés le 6 juin. On peut dire que le débarquement est un succès mais la campagne de Normandie qui s’ensuit s’avère plus laborieuse, en particulier à cause de la guerre des haies. En effet, la Normandie est un pays de bocage où chaque champ est clôturé par des haies. Il est donc très difficile d’avancer. En réalité, cette campagne fut un carnage mais elle aboutit tout de même à la libération du territoire français avant que les Alliés ne parviennent en Allemagne. Ceci prendra encore un peu de temps.

5 plages du Débarquement

Chaque plage a ses objectifs particuliers et ses caractéristiques propres. Tout ceci pour dire que si vous ne visitez qu’une seule des plages du Débarquement, vous n’aurez pas une vision globale de la grande opération d’invasion. En résumé :

  • Utah Beach, la plage la plus à l’ouest. L’objectif des soldats est de rejoindre les troupes parachutées dans la nuit et d’opérer la remontée vers le Contentin avec Cherbourg, objectif ultime. En effet, il était indispensable aux Alliés d’avoir à leur disposition un port en eaux profondes.
  • Omaha Beach, la plage la plus sanglante. Ici, 3 000 soldats ont trouvé la mort.
  • Gold Beach, la plage des Britanniques. Le but est d’y construire un Mulberry, un port artificiel qui pourra accueillir tout ce dont les Alliés auront besoin.
  • Juno Beach, la plage des Canadiens. Ils ont pour objectif de couper la route entre Caen et Bayeux. Mais il fallait aussi venger l’échec du débarquement de Dieppe en 1942.
  • Sword Beach, la plus ambitieuse. Il s’agit ici pour les troupes britanniques de s’emparer de Caen. Ce sera beaucoup plus difficile que prévu.

DÉBUTER A UTAH BEACH

 Si vous venez du Mont-Saint-Michel ou du Cotentin comme moi, commencez par la visite des lieux d’Utah Beach. A voir absolument :

  • Le musée du Débarquement à Sainte-Marie-du-Mont, très riche. Logé dans un ancien bunker, il vous explique d’abord les enjeux du Débarquement avant de se focaliser sur les parachutistes et l’opération d’Utah Beach. Parmi les choses que je ne connaissais pas : l’origine du nom des plages, l’inspiration de langues amérindiennes pour des messages codés, ou encore l’opération Tiger sur la plage de Slaptoon Sands au sud de l’Angleterre. Cette répétition générale du Débarquement tourna au désastre lorsque neuf vedettes de la Kriegsmarine se mirent à les torpiller.
  • La pointe du Hoc, qui était une opération annexe en dehors des 5 plages du Débarquement. Cela fait déjà bien longtemps que les Alliés tentent de faire céder l’artillerie allemande en la bombardant. Le jour du Débarquement, ce sont les Rangers qui sont missionnés pour la prendre. Des difficultés pour accoster, et plus encore pour escalader, la mission fut périlleuse et nombre d’entre eux trouvèrent la mort. La victoire a un prix. Aujourd’hui, ce petit coin de Normandie est propriété des Etats-Unis et accueillent beaucoup de visiteurs. Mais malheureusement, les gros trous rappelant les bombardements sont des jeux de cache-cache pour touristes désormais tout comme les bunkers. Vous pouvez encore admirer l’extrémité de la falaise bien qu’elle risque de céder malgré les millions de dollars dépensés par les Américains pour la maintenir.

SE RECUEILLIR A OMAHA BEACH

Comme je l’ai dit plus haut, Omaha Beach a été un véritable bain de sang. C’est une des raisons pour lesquelles les visiteurs se rendent en nombre sur ces sites. Trois d’entre eux ont retenu mon attention :

  • Le cimetière américain de Colleville-sur-mer qui est l’autre terrain normand cédé aux USA. Il est logique qu’il se situe face à la mer, celle qui a pris leur vie. C’est un cimetière magnifique et très bien entretenu où sont alignées 9 837 tombes de soldats, parachutistes ou fantassins, volontaires ou non, morts le jour J ou plus tard. Les tombes nous en disent beaucoup. D’abord sur la religion entre croix blanches et étoiles de David. Ensuite sur leur rôle dans le Débarquement suivant leur régiment. Mais ce n’est pas tout : un mur des disparus rend hommage à ceux dont les corps n’ont jamais été retrouvés. Parfois, leurs noms disparaissent lorsque la terre ou la mer décident de les rendre à leurs proches. Le dernier en date fut en 2018. Il est désormais enterré avec ses camarades au cimetière. Je vous invite à suivre la visite guidée passionnante et gratuite qui vous promène entre les tombes de différents soldats pour vous raconter la complexité de cette histoire. Autre moment fort auquel nous avons pu assister : une gerbe déposée par un vétéran américain. Dès que l’hymne retentit, on se tait et on fixe des yeux ces grands héros de l’Histoire.
  • Les « Braves », une sculpture récente (2004) d’Anilore Banon. Des voiles métalliques font face aux vagues et rendent hommage aux GIs. Si vous cherchez bien sur la même plage, vous trouverez des fragments d’un ancien port artificiel.
  • La batterie de Longues-sur-mer, un des vestiges du mur de l’Atlantique censé protéger les Allemands. Très peu visité, ce lieu mérite qu’on s’y attarde car c’est l’une des rares batteries qui a conservé ses canons. Quand on pense au nombre de bombes qu’elles reçurent, c’est un miracle. Il faut dire aussi que les Allemands la quittèrent sans combattre. Aujourd’hui, les enfants s’amusent à grimper sur les canons pour prendre des poses rigolotes. Un beau pied de nez à la guerre finalement.

FAIRE UN ECART VERS GOLD BEACH

Mon regret est de ne pas avoir eu le temps de visiter le musée du Débarquement d’Arromanches-les-Bains qui retrace la construction du port artificiel pour permettre l’approvisionnement des Alliés. Néanmoins, j’ai vu les restes de gros flotteurs qui soutenaient les chaussées flottantes sur la plage. Au loin, une partie des caissons Phoenix en béton peuvent être encore aperçus. Ils servaient de brise-lames face aux vagues. Malheureusement, la houle et les tempêtes attaquent durement ces vestiges qui devraient disparaître d’ici une vingtaine d’années. Si ces ruines vous intéressent, renseignez vous sur les horaires des marées car à marée haute, impossible de voir quoi que ce soit.

LES VILLES DU SOUVENIR

Les plages du Débarquement ne sont pas les seuls lieux de mémoire de l’événement. Le D-day a laissé des traces sur de nombreuses villes. Nous l’oublions souvent mais les civils normands ont été gravement touchés. En voici quelques-unes :

  • Caen. La capitale de Basse-Normandie a été ravagée à la fin de la Seconde guerre mondiale car elle résistait plus que prévu. Le patrimoine ancien en a souffert et la ville aujourd’hui se caractérise par de larges avenues aux immeubles construits en pierre de Caen. Au Mémorial de Caen, une section complète est dédiée au Débarquement. Je vous conseille même de commencer par ici avant de visiter les plages car on présente un panorama complet de l’événement en insistant davantage sur les civils.
  • Cherboug. C’était le port à prendre. On peut se rendre au musée de la Libération du Fort du Roule qui offre une vue saisissante sur la rade. Avant d’évoquer le Débarquement, il s’attarde sur la vie quotidienne des Cherbourgeois pendant l’Occupation.

MON AVIS SUR LES PLAGES DU DEBARQUEMENT

Les visites des plages et de leurs lieux de mémoire furent passionnantes. Mais  nous n’avons pu en parcourir que trois en un jour et demi et au pas de course. Si vous êtes un passionné de ce moment de l’histoire, n’hésitez pas à y passer 5 jours. Ca vous donnera une bonne vue d’ensemble de l’événement. N’hésitez pas non plus à réserver des visites guidées car nous avons encore la chance en France de disposer de guides de qualité. C’est vraiment un des lieux où j’ai le plus envie de retourner en France, frustré de n’en avoir appréhendé qu’une petite partie.

D’autres articles vous attendent sur notre périple en Normandie:

La baie du Mont-Saint-Michel en 2 jours

=> Les îles Chausey

=> La côte du Contentin

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *