USA

5 RAISONS D’ALLER A LA NOUVELLE ORLEANS

Comme beaucoup de monde qui rêvent de visiter les Etats-Unis, c’est à New York qu’on pense en premier. Pourtant, j’ai trouvé en avril une ville encore plus vibrante qu’on dévore à chaque coin de rue. La Nouvelle-Orléans, NOLA ou The Big Easy, appelez la comme vous voudrez mais allez-y. Si vous avez encore des doutes, 5 raisons d’y aller maintenant, tout de suite.

5. TREME

On vous conseillera peut-être de ne pas y aller. Autour de Treme, il y a malheureusement le préjugé d’un quartier dangereux. Certes, ici, les maisons ont subi Katrina, la peinture s’est écaillée et tout n’a pas encore été reconstruit. Mais pourtant, Treme vrombit. A l’intérieur des maisons, le son des trompettes résonnent. Il ne faut pas aimer la tranquillité pour vivre dans ce quartier mais c’est le cas dans toute la ville. En plus, Treme, c’est le thème de la série du même nom de David Simon, le papa de The Wire. Pour une visite exceptionnelle du quartier en français, je vous conseille celle organisée par Le Monde Créole.

4. GARDEN DISTRICT

Bien loin de Treme, ce quartier a été épargné par Katrina. Ici, les maisons américaines cossues et opulentes de style victorien n’ont rien à voir avec les maisons créoles du Vieux Carré. C’est là qu’on sent l’âme du Sud avec ses balancelles qui swinguent sur les porches. C’est aussi ici que les grandes stars américaines ont élu domicile dont John Goodman, l’un des héros de la série Treme. D’autres séries télé s’en sont prises d’affection comme American horror Story qui y a tourné sa saison 3. En tout cas, c’est une agréable promenade dans un quartier chic et très bon genre.

3. LE VIEUX CARRE

Même si je déconseille fortement Bourbon Street accaparée par les touristes, on ne peut pas passer à côté du Vieux Carré. Très différentes de celles du Garden District, les maisons créoles peignent les rues de teintes multicolores. Tout est bien entretenu, de la peinture fraîche des maisons en bois aux nids de fleurs qui pendent des superbes balcons en fer forgé. C’est ici que vous découvrirez les musées les plus intéressants où vous apprendrez pourquoi La Nouvelle-Orléans est un pont entre plusieurs cultures. Là, encore, les visites du Monde Créole sont à conseiller.

2. LA NOUVELLE-ORLÉANS EN FÊTE

Tous les moments sont propices pour aller à La Nouvelle-Orléans. Peut-être que je déconseillerais l’été car flots de touristes et chaleur accablantes ne forment pas le meilleur cocktail. En novembre, la ville accueille l’une des plus belles parades d’Halloween du pays. Bien sûr, février rime avec Mardi Gras, la fête la plus attendue de La Nouvelle-Orléans. American crews, chars, colliers, déguisements … Une fête unique en son genre que j’ai hâte de pouvoir vivre un jour. Enfin, en avril, le festival du jazz mérite amplement qu’on lui consacre au moins un jour. Et il n’y a pas que du jazz. Je n’ai pas pris les billets en avril et j’en garde des regrets amers car tous les locaux m’ont dit que c’était extraordinaire.

1. LE JAZZ

Le jazz serait né à NOLA et plus précisément à Congo Square. Depuis, cette musique lui colle à la peau et on ne compte plus les stars de ce courant même si Chicago et New York sont devenues des concurrentes sérieuses par la suite. A La Nouvelle-Orléans, le jazz se vit littéralement. Dans des endroits touristiques avec des musiciens de qualité comme The Preservation Hall. Dans des endroits plus guindés avec cocktail à la main comme au Snug Harbor qui accueille d’excellents chanteurs. Mais mes moments préférés, c’était dans la rue où des brass bands vous font sautiller dans tous les sens. Enfin, dans le quartier de Treme, vous verrez que les locaux n’ont pas laissé les touristes dénaturer le style. Au Candlelight Lounge, on s’éclate dès lors que le brass band joue ses premières notes. Parfois, le frottoir vient tenir compagnie aux cuivres. Et on se réchauffe avec les excellents rice and beans préparés par la propriétaire. D’ailleurs, il faut savoir que la série Treme y a tourné de nombreuses scènes et elle m’a avoué ne jamais l’avoir visionnée. Car, le plus important à La Nouvelle-Orléans, c’est de vivre sa vie plutôt que de se regarder.

Retrouvez un autre article sur La Nouvelle-Orléans:

-> La Nouvelle-Orléans a 300 ans

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *