BelgiqueEurope

3 JOURS A ANVERS: MON PROGRAMME

Elle fait partie des villes qui montent en Europe du Nord. Alors que Lonely Planet l’avait classée première ville à visiter dans le monde il y a quelques années, elle a retrouvé le top 10 cette année et se hisse à la 6e place. Fièrement flamande, absolument pas modeste et même un peu orgueilleuse, elle se la joue complètement baroque cette année. Habitant le Nord de la France, j’ai eu plusieurs fois l’occasion d’aller la visiter mais jamais je n’y avais dormi. C’est désormais chose faite et j’ai même eu la chance de passer 3 jours à Anvers.

Patrimoine baroque, revalorisation des docks, essor des bars à cafe (c’est quand même le premier entrepôt à café du monde), stylistes de renom et quartiers qui montent, la ville a de quoi attirer tous les voyageurs en quête de nouvelles tendances. Idéale à vélo mais aussi à pied, elle peut aussi se laisser découvrir en bateau. En 3 jours à Anvers, il faut accepter l’idée qu’on ne pourra pas tout voir. Il faut faire des choix. J’en ai fait. Et avec l’événement « Anvers Baroque », autant lorgner vers certains lieux pas toujours mis en avant. Pourquoi vous allez bientôt être fier de dire à vos amis que vous avez découvert Anvers avant eux ?

JOUR 1/ SUR LES TRACES DE RUBENS

Matin : VISITER LA MAISON Rubens OU RUBENSHUIS

S’il y a bien un artiste qui représente tout l’âme d’Anvers, c’est bien Pierre Paul Rubens. Anvers n’a jamais fait Rubens mais c’est Rubens qui a fait Anvers. Comme beaucoup d’artistes de son temps, il est allé faire ses gammes en Italie. A son retour, fasciné par Michel Ange et Caravage, le maître va amener toutes ces influences dans la capitale flamande. Plus qu’un peintre, c’est un homme d’affaires qui gère un atelier capable de sortir une soixantaine d’oeuvres par an. Et c’est justement à cet endroit même que je vous propose de débuter vos 3 jours à Anvers. La maison Rubens était divisée en 2 parties : l’une comme résidence et l’autre comme atelier. Les 2 parties de la maison sont bien distinctes : une bâtisse de pierres somme toute classique face à une façade italianisante flanquée de statues et de bas reliefs. Ici, peu d’oeuvres de Rubens hormis son autoportrait récemment rénové mais énormément d’oeuvres antiques et contemporaines de l’artiste. Rubens était un grand collectionneur. A la sortie, allez méditer un peu dans le jardin et osez enfiler un casque pour grimper sur le chantier du superbe portique en rénovation.

MIDI/ MANGER DES FRITES CHEZ UN CHEF ETOILE

La Belgique et la frite, c’est une grande histoire d’amour. Terre natale de ce « met », imaginez leur colère quand les Américains ne jurent que par les « french fries ». Il faut dire que quand ils les ont découvertes, ils se croyaient en France. La baraque à frite est même inscrite depuis 2 ans au patrimoine immatériel de l’UNESCO. Pas étonnant qu’un grand chef s’en soit emparé. Bien sûr, qui dit gastronomie, dit revisite. Et les frites de Frites Atelier sont divines. Il vous les fait presque passer pour un plat noble. Choisissant avec soin ses pommes de terre, Sergio Herman a ouvert un établissement à Anvers après ceux d’Amsterdam et de Gand. Finalement, j’ai craqué pour la frite thai où on est étonné de l’alliance entre la pomme de terre et la citronnelle. Et même si on a peu faim, on tente quand même la succulente croquette de crevettes, plat originaire de la côte flamande.

Adresse: Korte Gasthuistraat 32. Ouvre tous les jours de 11h00 à 22h00. Site internet

APRES-MIDI/ A LA DECOUVERTE DES EGLISES BAROQUES

Vous serez sûrement attiré par la haute tour de la cathédrale de Notre Dame, typique des églises du Brabant. Bien que gothique, elle accueille des chefs d’oeuvre du baroque. En ce moment, vous pouvez y voir des retables de différentes confréries exposés mais aussi le magnifique retable de Rubens : La Descente de la croix. Mais promenez vous également dans d’autres églises, plus méconnues mais qui vous mettront de l’or plein les yeux. Elles ont un lien avec Rubens : baptême de ses enfants, exposition d’oeuvre de son maître, sa chapelle funéraire … Je vous en parlerai plus longuement dans un prochain article. En attendant, retenez les noms de ce patrimoine baroque d’exception : église Saint André, église Saint Jacques, église Saint Paul, église Saint Charles de Borromée. Cette dernière égalait presque en son temps la Chapelle Sixtine. De plus, elles sont aussi situées non loin les unes des autres.

SOIR/ A LA DÉCOUVERTE DU STREET ART BAROQUE

Anvers ne manquait pas de street art. Mais la ville en a rajouté une couche dès lors où elle a décidé d’organiser l’événement Anvers Baroque. Pour cela, elle n’a pas lésiné sur les moyens et a fait appel à 4 street artists dans le vent pour retapisser ses murs : Yvon Tordoir vous propose ainsi une réécriture de la ville d’Anvers avec une calligraphie baroque s’inspirant des livres imprimés de la fabrique de Plantin Moretus ; Smug que j’avais découvert à Glasgow joue sur le clair obscur ; El Mac lui propose un travail impressionnant sur les lignes ; Astro qui a installé son art dans un quartier populaire réinvente d’une manière dingue le trompe l’oeil.


JOUR 2/ ANVERS BIEN DANS SES DOCKS

MATIN/ LE MAS ET SES EXPOSITIONS BAROQUES

Le MAS est depuis le début des années 2010 le nouveau symbole d’Anvers. Il émerge des quais et on s’interroge sur sa stabilité. Pourtant, il tient. Coincé dans le quartier en pleine reconstruction d’Het Eilandje, il propose en ce moment des expositions autour du baroque . La première est sur Michaelina Wautier, une des rares peintres femmes du temps de Rubens. Une autre traite du thème de la fête à Anvers : géants, gay pride et des orgues complètement loufoques où on intègre des instruments tels que l’accordéon et le saxophone sont de la partie. Enfin, sur les 7 étages du musée, vous aurez la chance d’admirer les reproductions des photographies d’Athos Burez où ses natures mortes et ses mises en scène ainsi que la vision des corps me font parfois penser au travail de David La Chapelle. Vous pourrez manger au midi un plat au restaurant du musée qui s’en sort correctement. Ils proposent de très bons plats thaïlandais.


APRES-MIDI/ LES QUAIS A VELO

Enfourchez ensuite un vélo. La ville est favorable à ce mode de transport même si c’est parfois difficile de circuler entre les travaux. Et des travaux, il y en a à Anvers. Je vous emmène suivre les rives de l’Escaut à bicyclette. On va d’abord à l’est. En suivant la piste cyclable, vous retomberez sur la maison du port designé par l’architecte Zaha Hadid.  Sur une ancienne caserne de pompiers, on a posé un gros bloc de verre semblable à un diamant (la ville est aussi la plaque tournante du diamant). Il paraît que la vue est imprenable de là haut. On aime ou on n’aime pas mais ça ne laisse pas indifférent. Anvers essaie de rendre son port attractif aux yeux des touristes, lui qui est le deuxième d’Europe.

Je vous conseille ensuite de pédaler en arrière, c’est-à-dire vers l’ouest et de rejoindre l’autre rive. Petit problème : Anvers ne dispose d’aucun pont qui traverse l’Escaut. Mais vous pourrez la rejoindre quand même. La municipalité a installé des tunnels parfaitement adaptés aux piétons comme aux vélos. Vous prenez un ascenseur et le tour est joué. Pour ma part, j’ai pris le tunnel Sainte Anne. De l’autre côté, la vue est imprenable. La cathédrale Notre Dame nous rappelle qui est la patronne.

SOIR/ MANGER CHEZ UN ETOILE A LA BRASSERIE DE KONYNCK

Saviez vous que la Belgique était le pays où il y a le plus de restaurants étoilés Michelin par habitant ? A Anvers, il y en a une dizaine. Dans le quartier de Zurenborg, après avoir vu défilé des dizaines de maisons Art Nouveau absolument merveilleuses, nous nous sommes dirigés vers la brasserie De Konynck. Si elle propose une visite guidée pour comprendre la fabrication de son elixir, si le rooftop est bien tentant pour tremper ses lèvres dans une De Konynck ou une Triple d’Anvers, nous avons préféré nous faire un restaurant gastronomique. Son nom : The Butcher’s son. Pas trop guindé, le prix est mérité. Travaillant avec le boucher d’à côté, il propose des viandes à la cuisson irréprochable. Cuisine ouverte comme j’aime en plus.

Adresse: Boomgaardstraat 1. Ouvre du lundi au vendredi de 12h00 à 14h00 et de 18h30 à 21h00. Réservation indispensable. Site internet


JOUR 3 : ANVERS A L’OUEST ET AU SUD

MATIN/ GARE CENTRALE ET QUARTIER DES DIAMANTAIRES

Pour moi, la gare centrale est la pépite d’Anvers. Souvent citée comme une des plus belles gares du monde aux côtés de Saint Pancras à Londres, son entrée est flamboyante. Et elle est tellement grande qu’il y a des quais sur 2 niveaux. Pour le reste, le quartier des diamantaires autour est peu intéressant. Du bling bling de mauvais goût. Mais si vous êtes tenté, vous savez où chercher.

MIDI/ MANGER HEALTHY CHEZ CHARLIE’S

On l’a découvert un peu tard ce petit restaurant, sans quoi on y serait allé tous les jours. Chez Charlie’s, c’est bon et c’est sain. Ses desserts sont aussi divins que ses cafés. Goûtez celui à la praline .

Adresse: Volksstraat 66. Ouvre du mardi au jeudi de 07h30 à 17h00, le vendredi de 07h30 à 19h00, le samedi et le dimanche de 08h30 à 18h00. Fermé le mardi. Ils font aussi chambre d’hôte. Site internet

APRES MIDI/ EXPORER LE ZUID

Si Het Eilandje est le quartier qui monte, le Zuid va vite prendre sa suite. Cette immense partie sud de la ville se remplit de bars et de restos tendances. Mais surtout, les stylistes sortant de l’école d’Anvers s’y installent et affichent leur dernière création en vitrine. Sans oublier des bijoux d’architecture. Ne manquez pas l’immeuble art nouveau Cinq Continents qui abrite aujourd’hui l’ambassade du Chili. La proue d’un navire est flanqué sur sa façade. La maison noir et blanc Van Roosmalen de Bob Van Reeth est un bijou d’architecture contemporaine. Ce quartier vous surprend au fil de vos pas ou de vos coups de pédale.


C’est donc un programme bien chargé qui peut vous inspirer pour 3 jours à Anvers. Mais il y a plein d’autres possibilités. Il faut que de toute manière, votre voyage vous ressemble .

Où dormir ?

J’ai déniché une petite pépite qui n’est ni sur Booking, ni sur Airbnb, les propriétaires ne le souhaitant pas.  Son nom est Koen Ribbens. Une grande maison de maître divisée en plusieurs chambres au prix variable. La notre coûtait 90 euros + 10 euros de garage. Ce n’était pas cher à mes yeux vu la qualité de la chambre sachant que le petit-déjeuner est inclus. Une vraie perle entre le centre et le quartier du Zuid.

Le transport

Beaucoup de problèmes de grève en ce moment m’ont empêché de prendre le train. Sachez toutefois qu’Anvers a adopté l’an dernier un plan basses émissions de CO2 pour le centre-ville. Tous les véhicules étrangers doivent s’enregistrer tandis que les véhicules trop polluants doivent payer. Quoi qu’il en soit, il faut s’enregistrer quelques jours à l’avance. Pour le faire, cliquez ici.

En ce qui concerne le vélo (mes balades des jours 2 et 3 incluent ce mode de transport), inscrivez vous ici. La location journalière est de 4 euros.

L’appli à suivre 

Il faut absolument que vous téléchargiez l’appli Antwerp Museum App. J’ai fait toutes mes visites ou presque grâce à elle. L’office du tourisme a réalisé un très gros travail. D’ailleurs, c’est le plus beau travail en la matière qu’il m’ait été donné de voir.

Quoi faire d’autre ?

En 3 jours à Anvers, on peut faire bien d’autres choses que ce que je vous ai proposées dans cet article. Voilà d’autres musées que j’ai eu l’occasion de visiter lors d’autres voyages :

    • le musée Plantin Moretus qui narre la vie de l’imprimeur Christophe Plantin et qui détient une collection de livres imprimés du XVIe siècle impressionnantes.

    • Le Red Star Line Museum. Ce musée retrace le départ des immigrants européens pour l’Amérique. Pour arriver à Ellis Island, le meilleur moyen, c’était le port d’Anvers.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *